Mamans

Rééducation périnéale : kiné ou sage-femme, que faut-il choisir ?

Rééducation périnéale

Après un accouchement, il est important de rééduquer son périnée, car c’est un muscle qui a beaucoup été sollicité. Pour cela, il est nécessaire de savoir ce que vous attendez de ce suivi afin de choisir le bon praticien qui sera à votre écoute. Pour votre rééducation périnéale, faut-il privilégier un kiné ou une sage-femme ? On vous en dit plus dans cet article.

Pourquoi rééduquer son périnée ?

La grossesse et l’accouchement malmènent le groupe de muscles qu’est le périnée. Afin d’éviter les fuites urinaires ou une descente d’organes qui peut surgir des années après un accouchement, il est indispensable d’effectuer une rééducation du périnée puisque c’est lui qui retient tout ! Comme tout muscle, il a donc besoin d’être tonique et entretenu. La première séance de rééducation commencera par des questions concernant les conditions de votre accouchement et votre situation postnatale, ainsi qu’un toucher vaginal pour évaluer l’état de votre périnée. Ensuite, les méthodes utilisées pour travailler le muscle peuvent être différentes.

rééducation périnéale kiné ou sage femme

Quel professionnel pour une rééducation périnéale ?

Pour une rééducation périnéale, un kiné ou une sage-femme peuvent vous accompagner. Une sage-femme est souvent impliquée dans la rééducation périnéale, en particulier après l’accouchement. Également, certains kinésithérapeutes se sont spécialisés dans la rééducation du périnée. Ils utilisent des techniques spécifiques pour renforcer les muscles du plancher pelvien et améliorer leur fonctionnement. Par ailleurs, certains urologues peuvent évaluer votre situation et vous recommander une rééducation périnéale si nécessaire.

Il est important de noter que les professionnels de la santé peuvent avoir des approches différentes en ce qui concerne la rééducation périnéale. Il est donc essentiel de choisir un professionnel expérimenté et formé dans ce domaine.

Comment se passe la rééducation du périnée avec une sage-femme ?

Les séances de rééducation avec une sage-femme peuvent commencer environ 6 semaines après l’accouchement, bien souvent sur la période post-partum. En général, elles ont recours à la méthode manuelle qui consiste en des touchers vaginaux pour vérifier le fonctionnement des muscles lors des exercices. Il s’agit d’imagerie mentale, c’est-à-dire, des activités de souffle et de contraction en visualisant une porte qui s’ouvre et se ferme par exemple, ou un pont-levis qui remonte, les images varient en fonction des professionnels. Cette méthode vous permet de prendre conscience de votre corps et notamment de votre périnée, de comprendre ce que vous faites, et donc de mieux le faire. Elle offre plus de précision et propose des exercices faciles à reproduire à la maison au quotidien. Elle est efficace pour traiter les petits soucis dus au relâchement du périnée tels que les fuites urinaires.

Avantages d’une sage-femme

Les sages-femmes ont une connaissance plus approfondie du périnée étant donné qu’il s’agit de leur domaine de compétence. De plus, il peut être agréable de faire sa rééducation avec la même personne qui vous a préparée à l’accouchement, surtout si l’entente est bonne.

Comment se déroule une séance de rééducation périnéale avec un kinésithérapeute ?

Sachez que tous les kinésithérapeutes ne font pas de rééducation périnéale, il vous faudra donc vous renseigner sur les kinésithérapeutes spécialisés autour de vous avant de prendre rendez-vous. La rééducation périnéale avec un kiné ne peut commencer que 3 mois après l’accouchement. Ils ont souvent recours à une sonde insérée dans le vagin pour faire travailler le périnée. Il existe le biofeedback qui permet de suivre l’intensité des contractions, et l’électrostimulation qui envoie des impulsions électriques provoquant de petites contractions. Ces 2 méthodes demandent moins d’imagination et permettent de faire travailler le périnée en une vingtaine de minutes chrono, rendant l’exercice moins contraignant.

Rééducation périnéale : kiné ou sage-femme, que faut-il choisir ?

Avantages des kinésithérapeutes

En plus du périnée, les kinésithérapeutes proposent une rééducation abdominale, c’est-à-dire, du ventre, afin de le remettre en forme et qu’il retrouve sa tonicité.

Comment faire la rééducation du périnée Soi-même ?

Il est possible d’effectuer certains exercices de rééducation du périnée chez soi, mais il est important de souligner que ces exercices sont plus efficaces lorsque vous êtes guidé par un professionnel de la santé spécialisé dans la rééducation périnéale. Cependant, voici quelques conseils généraux pour la rééducation du périnée que vous pouvez suivre chez vous :

1. Identifier les muscles du plancher pelvien : Avant de commencer les exercices, il est important de savoir comment contracter et relâcher les muscles du plancher pelvien. Essayez d’imaginer que vous retenez l’urine ou que vous essayez d’arrêter le passage des gaz.

2. Exercice de contraction et de relâchement : Contractez les muscles du plancher pelvien et maintenez la contraction pendant quelques secondes, puis relâchez. Répétez cet exercice plusieurs fois, en augmentant progressivement la durée de la contraction.

3. Exercice du pont : Allongez-vous sur le dos avec les genoux pliés et les pieds à plat sur le sol. Contractez les muscles du plancher pelvien et soulevez doucement les hanches du sol en formant une ligne droite avec votre corps. Maintenez cette position pendant quelques secondes, puis reposez-vous. Répétez plusieurs fois.

Il est important de noter que chaque personne est différente, et les exercices de rééducation du périnée doivent être adaptés à vos besoins spécifiques.

Faire le bon choix pour votre rééducation

L’idéal est de cumuler ces méthodes qui se complètent les unes les autres. Certains professionnels de la santé le font, c’est pourquoi vous ne devez pas hésiter à vous renseigner avant de faire votre choix. N’oubliez pas que pour que cette étape soit agréable, il est essentiel de trouver un praticien à votre écoute et bienveillant.

À lire également : Maman seule, comment s’en sortir ?